LCAPP
  Moins
   30 %
p class="art-headline"> www.Le-Cambodge-a-petit-prix.com

Voyage au Cambodge HORS DES SENTIERS BATTUS à petits prix - Originalité et convivialité

Dans la famille à la campagne
Chez notre cousine Samphois
Sur le Tonlé Sè San
Hors des sentiers battus

Un marché sans touristes

Marché central Phnom Penh

Kep, l'ile des lapins, Koh Thunsay
No comment !
Nous vous expliquerons
Angkor. The Bayon

Siem Reap et ses temples alentours.

Les temples majestueux d'Angkor au nord-ouest du Cambodge appartiennent à la période classique de l'art khmer et de sa civilisation. La liste ci-dessous est loin d'être exhaustive, mais fournit des informations générales sur les principaux temples jugés dignes d'intérêt pour le visiteur d'aujourd'hui.
Pour les visiteurs, avec du temps et de la curiosité, vous trouverez que les trois jours à explorer cette magnifique région seront suffisants. Mais une visite plus courte englobant 2 jours et 1 nuit serait adéquate pour ceux qui exigent tout simplement un aperçu de ces trésors architecturaux.
Une visite aux temples d'Angkor est une profonde expérience, que quelques curiosités sur la terre ne peuvent égaler. Vous y verrez la nature prendre le dessus à Ta Prohm ou les visages mystérieux du Bayon. Les temples d'Angkor sont situés dans le nord-ouest de la province de Siem Reap. Il y a  plus de 1000 temples, construits entre les 9ème et 13ème siècles, et ces structures restantes sont le squelette sacré de ce qui était autrefois le centre social, religieux et administratif de l'Empire khmer.
Les immenses projets de construction entrepris par les rois khmers successifs étaient sur une échelle similaire à la construction des pyramides par les anciens Pharaons d'Egypte. Chaque nouveau temple a été rendu possible par environ plus d’un million de personnes ayant vécu à Angkor au cours des 12ème et 13ème siècles. Alors que pour l’époque, Londres ne comptait qu’une population d'à peine 50.000 habitants.
Malgré les dizaines de temples qui subsistent aujourd'hui, il existe très peu de traces des habitants vivant dans l'une des plus grandes villes du monde à l’époque. Ceci s'explique par le fait que les gens, les esclaves et le roi lui-même vivaient dans des structures en bois, qui ont disparu au fil des siècles. Les bâtiments en pierre étant réservés pour les Dieux.
On pense que les voyageurs portugais ont été les premiers Européens à contempler avec émerveillement les temples d'Angkor, tout en explorant la région au cours du 16ème siècle. Cependant, on a accordé la majeure partie de la «découverte» d'Angkor au botaniste français Henri Mouhot, dont la visite à Angkor en 1860 a été à titre posthume documentée à Paris en 1868. A la fin du 19ème et jusqu’au 20ème siècle, plusieurs expéditions françaises se sont rendues sur place. Le travail qui a été effectué était de restaurer la plupart des monuments où la jungle avait pris le dessus.

 

Koh Ker

L'histoire du Cambodge est déchirée par les querelles dynastiques et les intrigues politiques., particulièrement pendant le 10ème siècle, quand Jayavarman IV (928-942) et sa famille ont pris d'assaut le nord-ouest et ont établi la capitale rivale de Koh Ker. Bien que la capitale a tout juste 15 ans, Jayavarman IV a réussi à légitimer son règne à travers un programme de renforcement prolifique qui a laissé 30 temples principaux comme héritage. Prasat Thom est une pyramide de sept étages, plus maya que Khmer, avec vue imprenable sur la forêt environnante. A proximité se trouve Prasat Krahom ou Temple Rouge, nommé d'après la pierre rose à partir de laquelle il est construit. Prasat Bram a des figuiers étrangleurs incroyables qui étouffent la pierre, offrant une excellente occasion de photo.

 

       Pyramide à 7 étages du temple de Koh Ker au Cambodge   

Vue à 360 degré au centre du temple de Koh Ker 

 

 Angkor Wat

Angkor Wat est le plus grand temple religieux dans le monde, avec un volume de pierre égale à celle de la pyramide de Khéops en Egypte. Il est différent de tous les autres temples khmers car il est inspiré de l’hindouisme et orienté vers l'ouest pour lui rendre hommage. Conçu par Suryavarman II, Angkor Wat a mis environ 30 ans pour voir le jour. Bien conservé, on a souvent dit que c’était un temple funéraire pour le roi même s’il a été occupé en permanence par des moines bouddhistes. Des bas-reliefs complexes entourent Angkor Wat sur les quatre côtés. Chacun raconte une histoire. Le plus célèbre d'entre eux est le barattage de l'océan de lait, qui est situé sur l'aile est. Dans ce document, le serpent Naga est tordu par des démons et des dieux pour produire l'élixir de vie. La lumière du coucher de soleil qui brille sur les vieilles pierres est le meilleur moment pour errer à travers les deux kilomètres carrés d'Angkor Wat, monter dans ses tours et méditer sur ses créateurs.

 

 

Phnom Bakheng

Dominant le plateau, ce temple du 10ème siècle érigé sur la montagne est l'endroit le plus populaire dans la région pour assister au coucher de soleil sur Angkor Wat et la forêt environnante. Un chemin sinueux traverse la jungle où il y a la possibilité de faire un tour d'éléphant. Ce temple est le lieu incontournable pour voir le coucher de soleil, de sorte qu'il peut être très fréquenté. S'il vous plaît, avisez le guide si vous voulez vivre cette expérience à un endroit plus calme ou quand les foules sont généralement moins nombreuses.

 

 

Angkor Thom

Cet immense complexe muré était le centre de la plus grande ville du monde en 1200. Après l'occupation d'Angkor par les Chams en 1177-1181, le roi Jayavarman VII a décidé de construire une forteresse imprenable au cœur de son empire. L'échelle est tout simplement stupéfiante et nous sommes immédiatement submergés par l'audace de Jayavarman VII à l'arrivée aux portes de la ville. La chaussée est bordée par un pont complexe. Ses vastes murs, certains font 6 m. et 13 km de large, haut de 8 m. de longueur contiennent de nombreux monuments.

 

 

 

 

Le Bayon

Entouré de tous les côtés par des visages, les visiteurs n’oublieront jamais l'énigmatique temple du Bayon. Au centre exact d'Angkor Thom, ceci est une expression excentrique du génie créatif et l'ego surdimensionné du plus célèbre roi du Cambodge. Ses 54 tours sont chacune couronnées avec les quatre faces d'Avalokiteshvara (Bouddha de la Compassion), qui portent plus d'une ressemblance avec le roi lui-même. Ces têtes colossales toisent de tous les côtés, exsudant pouvoir et contrôle avec un soupçon de compassion, juste le mélange nécessaire pour maintenir une emprise sur un si vaste empire. Contrairement à ses prédécesseurs qui avaient adoré les divinités hindoues de Shiva et Vishnou, Jayavarman VII a adopté le bouddhisme mahayana comme la source de divinité royale. Ceci définit le Bayon en dehors de beaucoup d'autres monuments d'Angkor. Les bas-reliefs représentent des scènes complexes, ici de batailles anciennes contre les Chams, et offrent un merveilleux aperçu de la vie quotidienne au cours de la période d'Angkor.

 

 

Le Baphuon

Ce temple pyramidal parfait, construit par Udayadityarvarman II, fût un véritable puzzle. Démontée par l'EFEO pour sa restauration dans les années 1960, les Khmers rouges ont détruit les archives d'architecture dans les années 1970. Lorsque les équipes françaises y sont retournées dans les années 1990, ils ont dû travailler d’arrache pieds pour remettre en ordre les 300.000 pièces de gré. Depuis les ruines restantes, il est possible de voir comment cet imposant empire était à son apogée. Ce temple a été de bâtit et dédié à Shiva mais dans ses reliefs, de nombreux motifs de la vie de Vishnu peuvent être vus. Le Baphuon a été conservé comme une ruine partielle, avec un énorme Bouddha couché, ajouté au 16ème siècle.

 

 

Terrasse des Éléphants et la Terrasse du Roi Lépreux

La première terrasse doit son nom à la représentation exceptionnelle d'éléphants, et a été utilisée comme une galerie d'observation lors d'événements royaux. La seconde terrasse prend son nom de la magnifique sculpture du roi Yasovarman, populairement connu comme le Roi Lépreux. L'original de cette statue est maintenant dans le Musée National et est maintenant considéré comme Yama, le dieu de la mort, comme on le croit ce site a servi de crématorium royal.

 

 

Ta Prohm

Ce temple est peut-être le plus atmosphérique des trésors de tout Angkor. Le temple était un monastère construit par Jayavarman VII comme une résidence pour sa mère. Ta Prohm a été laissé à la puissance destructrice de la nature par les archéologues pour démontrer la puissance impressionnante de la nature.

Il a été largement envahi par la jungle. Quand vous grimperez à travers les structures de pierre délabrées, vous verrez de nombreux arbres géants qui ont pris racine sur le haut du temple lui-même. A chaque passage, vous vous attendez à voir Indiana Jones ou Lara Croft sortir de derrière un pilier tombé. Il est l'un des temples les plus régulièrement visités, avec des visiteurs arrivant souvent au milieu de la journée pour profiter de la protection de la canopée de la forêt au-dessus du temple en ruine. Ta Prohm semble être un des monuments que les explorateurs européens trouvent à part dans l’ensemble. Nous recommandons une visite à l'aube pour vous imprégner de l'atmosphère unique, sans la foule

 Preah Khan

Construit dans le même style que Ta Prohm, Preah Khan est en bien meilleur état de conservation. Signifiant : L'Epée Sacrée, ce temple a été également construit par Jayavarman VII et est célèbre pour ses immensément longs couloirs cruciformes et sculptures délicates, y compris le hall spectaculaire de danseurs. La curieuse structure de deux étages semble presque être d'inspiration grecque. C'est l'un des rares temples dédiés à l'origine à la fois au bouddhisme et à l'hindouisme. L'entrée originale était pour les bouddhistes Mahayana, tandis que les autres points cardinaux représentaient la trinité hindoue de Shiva, Vishnu et Brahma.

 

 

Ta Keo

Le Roi Suryavarman I a commandé ce temple au 10ème siècle, mais il n'a jamais été achevé et n’a donc pas de décoration élaborée comme ses contemporains. C'est une pyramide sur 5 niveaux dédiée à Shiva. D'autres ont suggéré que le grès de haute qualité était tout simplement trop difficile à tailler en détail.

 

 

Banteay Kdei

Ce temple a été le premier grand monastère bouddhiste au Cambodge, construit par Jayavarman VII au cours des 12ème et 13ème siècles. Son système de galeries et de vestibules qui ont été ajoutés après la construction des principales tours fait ressembler l'ensemble à un cloître. Il a été construit en gré, aujourd'hui détérioré. Cependant, il reste de très beaux linteaux et frontons. Comme il est laissé dans un état de ruine, il reçoit beaucoup moins de visiteurs ce qui lui donne une atmosphère sereine.

 

 

Sras Srang

L'idée du bain que l'on se fait ne reste jamais le même après avoir posé les yeux sur ce vaste bassin, une fois à l'usage exclusif du roi et de ses concubines. Initialement bordée de marches de gré, vous monterez sur la terrasse occidentale et rencontrerez des enfants de la région qui vous inviterons à sauter dans l'eau avec eux.

 

 

Pre Rup

Ce temple a été construit au 10ème siècle par Rajendravarman. Pre Rup signifie tourner le corps et les Khmers pensent que ce temple a été utilisé pour les crémations. Ceci est un endroit populaire pour le coucher de soleil et les vues sur la campagne cambodgienne.

 

Mebon

Le grand temple de brique et de pierre de Mebon était initialement situé sur une île au centre du Baray. Il est maintenant à sec. Pyramide basse, ce temple a de grands éléphants gardiens sur chaque coin. Ceci est l'un des rares temples où nous pouvons comprendre les techniques de construction des anciens khmers, car il y a encore de grandes rampes de sol de chaque côté du temple, nous montrant comment ils déplaçaient ces lourdes pierres sur place.

 

 

 

Neak Pean ou Neak Poan

Ce temple est un moment fort délicat de l'art khmer. Construit par Jayavarman VII, ce temple est la représentation parfaite des cieux sur la terre. Il a été dit que ce monument a été consacré à Bouddha qui a atteint le Nirvana, et les lacs ornementaux alentours étaient destinés comme des lieux où les pèlerins pouvaient se laver et de se purifier avant d'atteindre la perfection. Au centre de ces lacs ornementaux il y a un petit temple entouré par deux nagas.

 

 

Banteay Samre

Le temple du 12ème siècle de Banteay Samre a été construit par le Roi Suryavarman II, le génie derrière Angkor Wat, et a été largement restauré. Le temple est unique car on a dû utiliser de la latérite pour les corridors couverts. Les frontons au-dessus des portes intérieures ici comprennent une partie de la sculpture la plus accomplie de la période d'Angkor.

 

 

 Banteay Srei

Ce joyau d'Angkor a été construit par un brahmane dans le 10ème siècle et a été dédié à Shiva. La célèbre structure de gré rose est une série de sculptures exquises, de linteaux et de frises. Ceux-ci, dit-on, doivent avoir été sculptés par des femmes car le détail est trop fin pour des mains d'homme. A l'origine son nom Khmer signifiait Forteresse des femmes. Bien qu'il puisse être un petit complexe de temple, la beauté de Banteay Srei ne se trouve pas dans sa forme, mais dans le détail. Beaucoup pensent que la sculpture complexe est le meilleur exemple de l'art classique khmer encore existant.

 

 

Phnom Krom

Construit par Yasovarman I au 10ème siècle, ce temple situé sur une colline surplombe le lac Tonlé Sap. Le temple est en très mauvais état, mais ses ruines sont à visiter pour les vues. Ceci est l'endroit idéal pour un coucher de soleil au calme.

 

 

Barays

L'Est et l'Ouest Barays sont deux énormes réservoirs creusés à la main. Ils étaient au cœur de la santé et de la vigueur de la civilisation khmère. Le Baray oriental est vide, tandis que celui de l'Occident est à moitié plein. Il mesure huit kilomètres de longueur.

 

 

Roluos (Le groupe des Roluos)

Roluos était l'une des premières capitales d'Angkor, construit par le roi Indravarman et à l'origine appelé Hariharalaya. Aujourd'hui, il y a trois sanctuaires hindous : Preah Ko, Bakong et Lolei. Lolei a été initialement mis sur une île dans le centre d’Indratataka Baray (réservoir). Ce temple a quelques sculptures de gré bien conservées et les vastes portes de pierre sont sculptées à partir d'un seul morceau de pierre. Preah Ko (vache sacrée), nommé en l'honneur de Shiva. Ce temple doit plus aux sanctuaires de Chenla, premier empire du Cambodge que les mastodontes de gré qui sont venus plus tard en briques pré-angkorienne. Revêtue à l'origine en stuc et peint, il y a encore une partie de l'ancien plâtre visible sur les tours arrières. Bakong était le premier temple sur la montagne ce qui est devenu plus tard une signature de rois khmers. C’est une pyramide géante, ses points cardinaux marqués par des éléphants géants. Vous monterez au sommet pour une vue sur la campagne environnante. Tous les trois temples sont bien conservés et méritent une visite pour offrir au visiteur une perspective chronologique sur le développement d'Angkor.

 

 

Kbal Spean

L’origine de la ‘’rivière des Mille Lingas’’, Kbal Spean est un lit finement sculpté en profondeur dans les contreforts de la jungle cambodgienne. La rivière coule vers le lac Tonle Sap, et dans les temps anciens, ses eaux saintes insufflèrent la vie dans les domaines de l'empire du riz par l'intermédiaire du système d'irrigation le plus complexe que le monde ait jamais vu. Les Khmers vénéraient son lit de calcaire avec une débauche de sculptures, y compris les divinités délicates Vishnu et Shiva avec leurs épouses. Les Lingams sont des représentations phalliques sacrées pour les Hindous comme des symboles de fertilité et des centaines, voire des milliers, sont sculptés dans le roc ici. Les sculptures ont été redécouvertes en 1969, quand un ermite a montré la rivière au chercheur français Jean Boulbet.

Un voyage à Kbal Spean est l'un des moyens les plus faciles de faire l'expérience d'une courte randonnée dans la jungle de la région d'Angkor, car il y a une montée régulière mais pittoresque pour atteindre les sculptures de la rivière. Le chemin serpente à travers les vignes nouées et les grandes formations de rochers. Parfois, il offre de grandes vues sur la jungle environnante. Et il y a une petite chute d'eau au-dessous du lit de la rivière sculptée, parfaite pour se rafraîchir après la montée à chaud.

 

Phnom Kulen

Phnom Kulen est considéré par le peuple khmer pour être la montagne la plus sacrée au Cambodge et est un lieu de pèlerinage populaire. Il a joué un rôle important dans l'histoire de l'empire khmer. En 802 AD, Jayarvarman II a proclamé l'indépendance de Java, donnant naissance au Cambodge moderne. Sur le plateau, il y a un grand Bouddha couché sculpté dans un rocher de gré et de belles vues sur la jungle. A proximité se trouve une cascade majeure et quelques sculptures de lit de la sorte vu à Kbal Spean. Pour les visiteurs les plus aventureux, il y a beaucoup de vieux temples éparpillés à travers la montagne, mais ceux-ci sont difficiles à atteindre. Phnom Kulen est à environ 55 km au nord-est de Siem Reap.

 

 

Beng Méaléa

Le temple perdu de Beng Méaléa est le plus titanesque des temples, un géant endormi perdu depuis des siècles dans les forêts du Cambodge. Il est le plus accessible des temples perdus d'Angkor, une image miroir d'Angkor Wat, mais tout à fait envahi par l'appétit vorace de la nature. Construit par Suryavarman II (1113-1150), le constructeur d'Angkor Wat, la forêt a pris le dessus et il est difficile d'avoir une idée de la forme et de la taille du monument au milieu des ruines.

Ici, il est possible de profiter d'une expérience à l’Indiana Jones en grimpant dans la grande ruine. Pour ceux qui veulent une aventure plus douce, il existe aussi une passerelle en bois solide en plein cœur du temple. Il est également possible de visiter une carrière angkorienne à proximité de l'endroit où la pierre a été coupée pour construire ces monuments massifs.

 

Preah Vihear

Ce temple au sommet de l’imposante montagne garde la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande. Il se trouve à 600 m, au-dessus des plaines cambodgiennes ci-dessous, et beaucoup considèrent son emplacement comme le plus spectaculaire de tous les temples d'Angkor. La route qui serpente dans la montagne est très raide par endroits. Le niveau final du temple se cramponne à une falaise dans les montagnes Dangrek, dominant des centaines de mètres au-dessus des plaines du Cambodge ci-dessous. Les vues de cette montagne des plus montagneuses du temple sont à couper le souffle. Les pierres de fondation du temple s'étirent au bord de la falaise comme il plongeant précipitamment loin dans les plaines de la province de Preah Vihear ci-dessous.

 

 

Banteay Chhmar

Célèbre pour ses visages de signature de Jayavarman VII, le temple de Banteay Chhmar est un endroit atmosphérique à explorer. Il abrite les magnifiques sculptures de Lokesvara avec 32 armes, sam-pee lok surnommé (Mr 32) par les Khmers, ainsi que la belle salle des danseurs, similaire à la célèbre Preah Khan. Il vaut la peine d'explorer le complexe externe, y compris la porte de Ta Prohm, comme un cousin plus petit des impressionnantes portes d'Angkor Thom et est protégé par un fossé. Il est également possible de visiter le temple de Banteay Top énigmatique.

 

 

Plan de situation des temples d'Angkor

Welcome Cambodia

Drapeau EN Drapeau FR

Contactez-nous

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ou

Par téléphone ou Skype

Accès au site :

Pour un accès complet : Demandez les codes /émail

Rejoignez-nous

Google plus Google

Live in Cambodia

Nos recomandations

Tripadvisor Petit futé

A voir également :

Suivez HUG-MAGAZINE Cambodge pages 121 à 129 avec Khuon-Tour

 Les Agences-Voyage dans :

Page jauneAvis sur l'agence :

Les avis du Routard :